vendredi 31 juillet 2009

Une ombre

Melbourne.
Le temps passe. Aussi bien ce séjour que la série en cours sur la
capitale du Victoria. La photo a été prise au El Siglo, bar comme
seuls les anglo saxons savent en faire. Sur le toi d'un immeuble à
côté du Majestix, plus vieux théâtre de la ville. Mon galurin vissé
sur la tête qui me fait vraiment passer pour un français, j'ai pris
mon ombre en attendant mon cocktail Seabreeze.
C'est la troisième fois que je reviens ici, découvrant bien des endroits, revoyant les mêmes gens et dans ma retraite hiverno-estivale, j'ai le temps de penser. Ce petit cocon dans la nuit à l'autre bout dans ce pays que j'aime encore plus à chacun de mes voyages. Il s'en est passé des choses entre ces trois voyages qui sont autant de mètre-étalons. J'ai changé, sans vouloir paraphraser un président. Je vois le monde et les relations différemment. Discuter avec ceux qui sont pour vous des étrangers au début permet de mettre tant d'évènements en perspective et de se dire ue c'est notre lot à tous, que nous soyons dans la nuit ou le jour. Nous rions des mêmes choses, pleurons des mêmes et buvons les mêmes bières (même si eux, plus que nous quand même). Je ne retournerai pas une quatrième fois je pense, mais je sais que mon rite d'été va me manquer. Je ne m'en lasse pas comme on me le demandait. Et je réalise que quand ils me disant "you're part of the family" après avoir été traité de "sale français pervers" en riant (Ok, mes blagues en anglais sont parfois sur-traduites de ma part), eh bien celà veut dire quelque chose. Je me prends à fixer les objets pour me rappeler d'eux sachant bien que l'effort est inutile. J'essaye de gouter à ses derniers repas en célébrant cette rencontre, tout comme eux le font.

L'ombre va passer, bien sur. Comme toujours*


*Et là, soyons francs: après un cocktail corsé, quelques bières, la fatigue de la semaine et le fait qu'il soit près de deux heures, si vous vous demandez ce que veut dire cette phrase de conclusion, eh bien que je n'en ai absolument aucune idée non plus. Je la trouvais tout simplement belle.

mardi 28 juillet 2009

Prévention routière made in Oz

Luna Park

Melbourne.
L'entrée de cette foire près de la mer dans le quartier bobo hype de
St Kilda est pour tout fan de comics et du type à la chauve souris un
endroit incontournable.
Ce soir, Trivial Pursuit géant (version Oz bien sur). Je redoute les
questions sports locales.

samedi 25 juillet 2009

a picture for you

Melbourne.
Sortie dans un bar où j'ai mangé du boudin. Harry Potter en Imax, des
cocktails French Martini.
C'ets fou ce que le nom FRENCH apparaît dès que la nourriture est
impliqué. Plus précisément, ce qui est étonnant c'est que tout ce qui
est FRENCH quelque chose n'a qu'une lointaine parenté avec le pays de
Pétain, Zidane, Pasteur ou Lagaf (choisissez votre camp!)
A moins qu'il y ait une Eurpoe parallèle et que l'on ne se nourrisse à
l'étranger que d'une France qui n'existe pas. Ou tout du moins que
j'ai du mal à reconnaître. Mais, quand il est 1h30 du matin, celà nous
rappelle juste que l'on est bien loin de sa maison.

jeudi 23 juillet 2009

Couleurs et photos

Melbourne. C'est devant amazing Race que j'écris ce post d'une
journée qui fut bien remplie.
J'y ai appris d'une de mes jeunes que "une taupe était comme un
rhinocéros" alors que nous parlions du Wombat. Nous en avons ainsi
que moult serpents et araignées. Bref un séjour au zoo de Melbourne,
c'est un peu comme aller chez Walt Disney.

Un garde de sécurité a aussi son arme à feu aux toilettes, découvert
par une dame de 70 ans. Comme on e voit la vie australienne est pleine
de rebondissements.
J'en aurais voulu des rebondissements quand, après avoir entendu une
heure sur un quai de gare, je n'ai pas réalisé que les cinq trains
passés sur l'autre quai aurait pu m'emmener à ma destination finale.
Une heure de ma vie perdue. Mais la tête à l'envers...

mercredi 22 juillet 2009

Sex

Now, I have your attention

LE chef d'oeuvre

Dali

Melbourne. Aujourd'hui je suis allé à l'exposition de Dali (TRES
impressionnante) et comme les australiens manquent un peu de figures
artistiques locales, ils ne font pas se déplacer les oeuvres pour
rien.
On trouve les oeuvres les plus connues et je me suis imaginé tout ce
qui a été déballé et bien sur, ce qui se passerait si on apprenait que
l'avion qui les transportait disparaissait.
Et c'est surement parce que le transport coute cher que le moindre
carnet était à quinze dollars (11 euros pour un format iphone) ou 40
dollars (25 euros) pour un pauvre bloc-notes.
En attendant, chapeau l'artiste comme on dit..

Restent Pompéi et l'expo Starwars, vue à Paris il y a quelques temps.
Small world...

lundi 20 juillet 2009

Dans la ville

Melbourne. Nous avons passé le jour le plus chaud de juillet depuis 4 ans: 19 degrés. L'occasion de faire bien des photos, de manger des sushis, de parler du temps qui passe et de celui qui arrive..

dimanche 19 juillet 2009

samedi 18 juillet 2009

Le problème de sommeil

Melbourne. Bien sur, je parle souvent du sommeil en ce début de
séjour. Pour donner un exemple de ce décalage horaire que je n'aurais
pas eu en partant en bateau, c'est que je me suis réveillé entre 4 et
6 heures comme les lecteurs avides de ces chronqiues le savent. C'est
à 13h40 que j'ai pu réapparaître dans le monde des vifs. Le souci est
qu'à 16h30 le soleil a commencé à descendre, au moment où je devais
allé acheter ces maudits billets de train (car Melbourne, c'est GRAND
avec des zones de la tailles de villes européennes). Je fais mes
affaires, ressort 40 minutes plus tard avec ce coucher de soleil.
Bref, celà a été une journée disparue très vite. Si un jour vous vous
retrouvez téléporté quelque part et que la machin a déconné et que
vous ne savez pas où vous êtes, voici un un conseil. Regardez l'heure.
S'il est trois heures et que l'on vous dit "on ne peut pas sortir car
il est trop tard", il ya surement des kangourous pas trop loin.

vendredi 17 juillet 2009

4 heures du matin

Melbourne. Comme prévu je me réveille en un coup à l'heure-titre de ce post. C'est comme si je remontais lentement de la terre des rêves pour ouvrir les yeux et être dans mon lit à couverture chauffante. Parlez moi du Dreamland, tiens!

Posted by Picasa
La photo du jour: coucher de soleil australien. Que la terre est ronde..

jeudi 16 juillet 2009

Installation

Première nuit dans ma chambre d'été. Mes yeux me disent qu'il est trois du matin et mon corps me dit dit qu'il est 19h. Une bonne nuit mettra tout le monde d'accord je pense. Je n'ai pas encore vu tout le monde mais je sais déjà que je vais donner quelques cours sur les différences culturelles et là je sens que je vais m'amuser.
Stay tuned pour JOURNEY INTO AUSTRALIA IV!

mardi 14 juillet 2009

Essais HDR..

Réveil en fanfare

Lutèce (plus connu sous le nom de Paris, faut que je mette à jour mes données). Alors que je suis à 24 heures du départ, je fais ma petite pause parisienne et je dois bien avouer que la fatigue des derniers jours commence à se faire sentir. Accompagné de deux chatons qui feraient n'importe quoi pour que je leur donne à manger (aucune dignité, vraiment..) je me suis dit que j'allais un peu récupérer. Hier j'ai refait une expériecne Vélib, deux ans après en avoir fait lors de leur journéee d'inauguration. Il s'en est passé des choses depuis car c'est une vraie galère entre ceux qui ne marchent pas, qui sont cassés ou crevés. Ce vandalisme si français me met hors de moi (SCANDAL MAN is back!). On met au service de la communauté un outil vraiment utile et on le dégrade alors qu'il est à la disposition du public. Le nombre de selles enlevées, lacérées ou retournées prouve bien que c'est alors qu'ils sont en attente que tout celà arrive. Je me mets à la tête des abrutis qui font celà: "Cool, des Vélib, massacrons-les..". Comme quoi, je pense que je vais donner à la recherche car ces types doivent souffrir.
Mais je digresse. Je me suis donc mis au lit à 22H, et je me suis endormi dans le lit superposé de ma filleuille, entouré de princesses et de peluches. Et à 10h30 un bruit énorme. Je me réveille en sursaut et je me dis: "tiens, le train?". Mon cerveau embrumé reconstitue le tout et me dit que la journée commence avec une réflexion que ma postérité ne retiendra pas (je l'espère en tout cas). J'ouvre la fenêtre et je comprends que ce sont les avions. Je prends l'appareil et je vois apparaître les engins avant que ceux-ci ne soient à la télé. Fiddler, toujours sur les scoops!


Posted by Picasa

dimanche 12 juillet 2009

bad mood

Rouen.
Pas beau, fatigué, plein de ménage, le Cool Cat en pension, une Doulce au loin, je n'aime pas ces périodes, je ne les aime pas..J'en regarde Secret Story et la citation du jour est de Jonathan:"Moi, je suis anti-influence.."

jeudi 9 juillet 2009

Last night

Atlantic Ocean

In-between

Rouen, Melbourne, Noirmoutier..
Je n'aime pas les intermédiaires, titre de ce post. Je ne suis pas
encore Down Under, encore un peu sur mon île et encore moins à Rouen.
Bien sur, l'esprit y est déjà lui. Je pense à cette valise à
remplir, à ces petits détails qui pourraient vous faire dire plein de
gros mots en français à 20000 kilomètres d'ici. Le soleil va aussi
vite disparaitre et le froid va revenir et j'ecris celà alors que le
sable est encore sur mes coups de soleil aux jambes...En attendant,
cinq heures de route demain matin!

lundi 6 juillet 2009

Merci dieu des mers ..

Barbatre. Merci O Poseidon pour ces grosses vagues envoyées en cette
journée venteuse. Je me suis vu répéter avec mon cousin pendant deux
heures mes courses pour être bien placé, mes cris de joie quand une
vague se dresse lentement pour devenir un mur, mes reprises de
respiration bruyantes et rapide dans une écume bouillonnante sans
parler des des crêtes qui se passe juste sur votre crâne et que vous
ne voyez pas venir...
Trente que je vis cela et dans cette roue qui tourne je voyais les
petits de huit ans qui pestaient contre leurs parents qui les
empêchaient d'aller trop loin (à savoir deux mètres)
En attendant demain et de remettre celà, je me pose une question qui
illustre un incident courant dans ce genre d'activité: comment dit-on
"boire la tasse" en anglais?

dimanche 5 juillet 2009

Steve Mcnair

Bien sur, peu le connaissaient comparé à un certain chanteur. Mais
parmi les acteurs qui constituent les personnages de notre passion, il
a été un grand rôle. Un très grand rôle que nous avons vu jouer en
vrai, devant nous à Nashville, là où quelques dix ans plus tard il a
été retrouvé assassiné.
La mort est bien souvent injuste et la mort violente est une
injustice. Bien sur, ces drames arrivent à d'autres et tout ce que je
peux écrire s'appliquent à tous. Bien sur. Mais ce soir je parle de
Steve et je ne parle que de lui. Comme tous ceux qui peuplent vos
passions, ils ont une place à part dans nos cœurs car de manière
étrange, ils sont toujours là pour nous . Les sportifs sont
l'énergie à l'état pur. Ils nous montrent le meilleur, vont souffrir
pour l'atteindre et glaner les hourras de la foule. Alors les imaginer
se faire abattre déchire le voile par lequel nous les définissons et
les avont toujours connus. Dans leurs maillots et un ballon à la main,
véhiculant les valeurs du sport. Et nous sommes à des lieux de
conceptualise une arme à feu dans le tissu de rêve qu'ils ont crée
autour d'eux. Ce n'est pas la longue maladie ou un accident lors de
leur pratique. Non, ce sont des intrus s'invitant dans leur histoire
publique. Quelque part sur ce monde plusieurs personnes se disent: on
a tué Steve Mcnair, élu meilleur joueur de la ligue quand il jouait
encore (et ce retraité de 39 ans a pris sa retraite il y a un an). Un
type irréprochable sur un terrain, toujours là pour les fans. Il y a
10 ans on le voyait jouer de l'autre côté de l'océan . Dix ans plus
tard j'écris sur lui en parlant de l'imbecilité de monde. Merci
Steve. Merci pour nos poings levés. Merci pour nos bons de nos
fauteuils. Merci pour ce superbowl.
Bad mood, comme disait mon Bro..

samedi 4 juillet 2009

End of the day

Ready

Barbatre. Ce qui compte, c'est le premier jour. Les photos du coucher
de soleil sont très réussies mais je ne peux pas encore les mettre en
ligne car il n'y pas d'Internet là où je suis. D' ailleurs, je
remarque que je dors très bien partout où ma tête n'est pas
parcourue par des dizaines de réseaux et que je ne suis donc pas un
lieu tourisitique pour toutes ces ondes. Je suis donc reposé de 11
heures et comme l'atteste cette photo, je suis PRET...

vendredi 3 juillet 2009

Le petit coin de paradis

Barbatre. Le voyage fut long, plein de chaleur, après trois heures de
sommeil et 39 de fièvre mais j'y suis et déjà je me sens tout
léger...

Et voilà.

Rouen.
Put that one in the books. Une année scolaire de plus, qui se conclue par des corrections. Ma tête est en Vendée e bientôt Melbourne, ce dont je ne me lasse pas. Cette année fut riche en rebondissements, en joies et tristesses mais je ne regrette rien.
Le monde s'effondre: MJ, les avions qui tombent mais pour lesquels le destin choisit d'épargner une petite fille de 4 ans. Avant de partir en voyage, il y a toujours une catastrophe aérienne et je me dis qu'en ce moment je suis verni. La TVA baisse dans la restauration mais pas les prix (ah, la France..), il fait trop chaud et finalement on n'est jamais vraiment content.
Hier, j'ai revu quelqu'un qui était avec moi au lycée (et qui a une de ces voitures..) et nous avons parlé du temps qui passe et surtout du bonheur. Est-ce qu'il consiste en ce que nous n'avons pas? A se lever sans avoir de boule au ventre? C'est un vaste programme et un vaste sujet. Tout ce que je sais c'est qu'il tient à peu de choses. En fait, en ce matin de juillet, je me dis que le bonheur, c'est un bout de ciel bleu, un bout de plage et le bruit des vagues. Mouais, dites moi où je signe.

mercredi 1 juillet 2009

Les vacances arrivent

Conseil pratique. Si votre avion se prend pour le Nautilus, eh bien vous pourrez toujours vous rappeler de cette vidéo en attendant les secours:

Peut on trouver plus créatif que Star Wars?



Ce film est unique. Que l'on aime ou pas, cette série de pastiches me fait dire que seul Starwars peut provouer celà (on a parlé d'une version porno trash d'"Angélique ange-gardien" mais j'y crois moins, là..)